25 mars 2009

Ararat



Vers le sud, par beau temps,

apparaît dans le ciel
une lumière immense,
comme un songe.

Une île où autrefois
une arche s'est posée.

Elle pleure en silence
comme un visage aimé,

fait de chacun de nous
sur terre, un exilé.


1 Commentaires:

Anonymous Marie Hindenoch a dit...

Et la traversée est longue pour l'exilé
Elle est à la fois rudesse et liberté
Tout comme cette île flottante Reflétant la Lumière de l'Eternité


.. C'était le quart d'heure mystique de la fille de l'auteur.. :P

09 avril, 2009 02:56  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home